Le cas "De Vous à Moi Communication"

Publié le par JTC

DVAMByLouisAlloing.jpg

Voici ma contribution à l'exercice proposé par Camille, auteur du blog Caddereputation, à 14 bloggeurs et/ou professionnels. Il s'agissait de répondre à un cas d'atteinte à l'e-réputation d'une PME que je vous invite à lire ici avant de lire la suite de cet article.
La qualité de la synthèse est remarquable ce qui m'incite à encourager d'autres initiatives du genre (également pour d'autres blogs, d'autres sujets) car la valeur ajoutée est incroyable!


Voici  donc ma réponse:

"Analysons calmement la situation: l’article d’un étudiant bloggeur, malveillant à votre égard, se situe en troisième position sur Google, derrière la page de présentation de votre entreprise sur un réseau professionnel local et une vidéo YouTube…

Alors même que votre stratégie de présence sur le Web était quasiment inexistante, deux résultats arrivent devant l’abordage de cet étudiant. Cette situation est donc plus la résultante de votre non-présence sur le Web que d’une crise réelle, reposant sur des facteurs structurels et persistants. Au vu du positionnement de l’article et de son isolement apparent, l’information semble ne  pas avoir été relayée et l’aura du jeune bloggeur limitée.

Ce constat étant effectué, il n’enlève rien au fait que cette situation ne peut perdurer. Il ne faut jamais sous-estimer les effets démultiplicateurs d’un message délivré sur le web. Si cet article vous fait perdre ne serait-ce qu’un client potentiel, ce sera un client de trop !
Remercions ce jeune étudiant d’avoir fait prendre conscience à José de l’importance d’une présence non subie sur le Web. Si cette prise de conscience se fait par le volet « menace », espérons qu’elle éveillera José, aussi et surtout, à l’aspect « opportunité ».


L’enseignement que José a retenu de sa courte expérience de la communication 2.0 est qu’il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Conservons cette ligne de conduite.

La principale difficulté à laquelle il faut faire face est la suivante : n’ayant pas investi le réseau, « De vous à moi Communication » ne possède pas de supports propres pour assurer son droit de réponse. Reportons donc ce droit de réponse et mettons en place immédiatement une stratégie à long-terme, plus ambitieuse, qui permettra de gouverner votre identité numérique. Cette stratégie devra:
- vous faire apparaitre dans les premières pages des résultats de recherche Google, 
- faire baisser mécaniquement l’article du jeune bloggeur dans les résultats, ainsi que les autres occurrences apparaissant sur des sites non choisis (dans la mesure du possible),
- permettre d’avoir un pouvoir de négociation accru avec l’étudiant, ou d’autres…,
- permettre de faire baisser la probabilité d’apparition de ce genre de problème, en effet, on réfléchit à deux fois avant d’attaquer un acteur numérique visible et influent,
- être un formidable vecteur de communication, créateur d’opportunités.

Cette stratégie passe par la création d’un site internet et/ou d’un blog ainsi que d’une présence sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, LinkdIn, Viadéo, Dailymotion,…). Ces différents supports sont autant de résultats qui apparaitront dans les premières pages Google très rapidement.
Elle passe également par la constitution d’une communauté, ce qui ne devrait pas être très compliqué: bénéficiant d’une certaine notoriété locale, vous pouvez, dans un premier temps, entrer en contact avec les entités qui font partie de votre réseau (clients, fournisseurs, concurrents, sous-traitants, fédérations, presse spécialisée,…) qui sont déjà présentes sur les différents réseaux sociaux.
La communication devra :
- être couplée à une veille qui permettra de détecter rapidement les messages négatifs (et positifs) afin d’interagir rapidement pour « éteindre ou (activer) les feux ».
- être fréquente afin de faire preuve d’un certain dynamisme,
- ne pas être exclusivement promotionnelle car cela n’incite pas à l’échange,
   
N’ayant visiblement pas les compétences en interne, je préconise de faire appel à des compétences extérieures, cela peut s’effectuer de différentes manières:
-    La création d’un poste dédié de Community Manager qui aura les compétences techniques (pour créer le site internet, les différents comptes sur les réseaux sociaux) et humaines (pour les alimenter, fédérer des communautés, gérer l’e-réputation du cabinet). Si José estime que cette activité ne mérite pas un temps plein, le community manager pourra s’occuper également de la création des sites internet qui étaient jusque-là sous-traités. 
-    Faire appel à des sous-traitants pour créer le site internet, le blog, les différents comptes des médias sociaux et assurer la formation pour les faire vivre.
-    Prendre un stagiaire, étudiant en communication, qui mettra le dispositif en place, et à côté duquel vous pourrez vous formez durant la période du stage afin d’assurer la continuité.

Rapidement, votre visibilité, votre notoriété, votre influence vont grandir. Vous pourrez gouverner votre identité numérique. L’anecdotique colibet se diluera dans votre nouveau flot d’actualité et l’impact du message « agence de com ringarde » sera mis à mal face à site internet rutilant et interactif.
A ce moment, si vous le souhaitez encore, vous pourrez effectuer votre droit de réponse de votre blog ou page Facebook. Ce droit de réponse, qui ne sera pas modéré, cette fois, d’apparence cordiale, serein et ouvert au dialogue soulagera votre esprit vindicatif, car il s’agissait aussi un peu de cela non ?"


Consultez aussi l’avis des 13 autres experts sur CaddEreputation:

==> La réponse d’Alexandre Villeneuve, auteur du blog E-reputation.org et Référencement-blog.net


==> La réponse de Jérôme Coutard, fondateur et directeur de la société de veille d’opinion Filteris


==> La réponse de Frédéric Martinet, auteur du blog Actulligence, et directeur d’Actulligence Consulting (veille, e-réputation, intelligence économique).


==> La réponse de Fadhila Brahimi, auteur du blog du Personal Branding, directrice de la société FB-Associés (personal branding, community management)


==> La réponse de l’équipe Blueboat, prestataire en réputation web pour les entreprises.


==> La réponse de Xavier de Mazenod, auteur du blog Adverbe et dirigeant de la société du même nom (e-réputation, community management)


==> La réponse de Laurent Magloire, auteur du blog Opinion Watch, Online Marketing Executive pour Quantum Networks (NYC)


==> La réponse de Benoît Faverial, auteur du blog community-manager.biz


==> La réponse de Terry Zimmer, auteur du blog Tais Toi Quand Tu Parles


==> La réponse de Jérémie Juraver, auteur du blog geek.juraver.net, consultant indépendant (conseil éditorial, community management)


==> La réponse d’Antoine Montoux, Consultant Formateur en Intelligence Economique pour KB Crawl SAS


==> La réponse de Pierre Mourotte, auteur du blog CWM-Consulting, et directeur de l’agence de communication web (webmarketing, référencement) du même nom.


==> La réponse de Gautier Barbe, auteur du blog Boîtes de veille, et chargé de veille d’opinion chez Human to Human


Publié dans Communication

Commenter cet article