Un insecte télécommandé.... science-fiction ?

Publié le par JTC

Pourtant des recherches vont dans ce sens, et depuis un certain déjà. En 2006, par exemple, la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency, branche Recherche et développement du Pentagone) a lancée le programme "Hybrid Insect MEMS (Micro-Electro-Mechanical Systems)", un programme qui vise à coller des capteurs et autres senseurs micromécaniques sur des coléoptères pour en faire des véhicules aériens télécommandables.

Une équipe d'ingénieurs en électronique, dirigé par Hirotaka Sato de l'Université de Berkeley en Californie, a présentée le développement d'une radio implantable visant a contrôler les mouvements d'un insecte par stimulation neuronale. Ils y montrent, pour la toute première fois, le contrôle précis du vol des insectes.

Le système miniaturisé mis au point par Sato et ses collègues est montée sur le thorax de l'insecte, et se compose d'électrodes implantées dans le cerveau et les muscles des ailes ainsi que d'une micro-batterie. Les "instructions de vol" sont générées sur un ordinateur personnel muni de logiciels spécialisés, et transmis à un microcontrôleur équipé d'un émetteur radio.



Les chercheurs ont découvert que le vol pouvait être engagé par la simple application d'une impulsion électrique via des électrodes implantées dans les lobes gauche et droit. Ainsi, une seule impulsion des électrodes est suffisante pour arrêter les battements d'ailes.

Une fois amorcé, le vol se poursuit même en l'absence de stimulation. Celles-ci ne sont utilisées que lorsqu'un changement dans l'orientation ou l'altitude est nécessaire. Un virage peut être initié par une stimulation asymétrique des muscles à la base des ailes, avec un virage à gauche étant déclenchée par une impulsion électrique au muscle contrôlant la partie droite du vol, et vice versa. Le stimulateur peut également être utilisé pour moduler la fréquence des oscillations de l'aile, ce qui entraîne des changements d'altitude.



Ces insectes ont d'évidentes applications militaires. Ils pourraient être utilisés, munis de micros ou de cameras miniatures, pour effectuer des missions de reconnaissance ou comme coursiers qui livreraient des petits colis (poison, explosifs,...), ou bien encore accéder à des endroits qui ne sont pas facilement accessibles pour les humains.
Mais ils pourraient aussi être très utiles aux chercheurs qui étudient le comportement d'accouplement d'insectes, le comportement alimentaire des prédateurs d'insectes, et la dynamique de vol.

Une question se pose tout de même :
S'il y a encore quelques années ce genre d'application relevait du domaine de la science-fiction, est-il déraisonnable d'imaginer que dans quelques années, une fois cette technologie arrivée à maturité, elle puisse donner des ordres plus complexes ? à un humain par exemple ?

Publié dans Renseignement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article