Le cold reading ou comment jouer au prophète...

Publié le par JTC

La lecture froide ou cold reading est une technique utilisée par les voyantes de foire et toute sorte de charlatans pour recueillir des informations sur leurs clients.

Elle permet d'en apprendre beaucoup sur une cible en un minimum de temps.

Cette lecture est dite « froide » car elle repose uniquement sur l’observation attentive du sujet au cours d’une interaction. Elle s’oppose ainsi au hot reading qui se base sur des informations recueillies avant la rencontre (constitution d’une biographie approfondie,…).

C’est une méthode qui combine de manière complexe une observation attentive du sujet, la maîtrise de techniques d'interrogatoire, et une bonne connaissance des statistiques et des grandes variables sociologiques.

A partir de ces préalables, on commence l’entretien par des formulations assez générales et floues, et en fonction du retour visuel ou verbal, on affine de plus en plus les questions tout en laissant au maximum le sujet faire lui-même les affirmations les plus précises. 



L’observation attentive du sujet :
On commence par recueillir le maximum de renseignements sur l’individu.
L’âge apparent, la silhouette, la manière de se vêtir, le langage employé, les manières dévoilent énormément.
A partir de ces éléments, on peut émettre des suppositions sur le statut socio-économique, les tendances religieuses ou sexuelles, la situation familiale de l’individu.
Ces suppositions initiales sont alors testées par des déclarations générales.
Les réactions du sujet permettent alors de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses ce qui permet de faire des affirmations de plus en plus précises.



Les probabilités et les statistiques :
Les suppositions initiales seront d’autant plus fines que l’on sera au fait des derniers sondages, enquêtes, statistiques.
Ces données peuvent fournir plus d'informations à propos des croyances, des choix, des volontés, des préoccupations de chaque CSP.
Elles peuvent permettre de prédire avec une forte probabilité de réussite les attitudes ou réactions vis-à-vis de certains sujets,…


Un exemple : Intention de vote au second tour de l’élection présidentielle de 2007 (Source : IFOP pour La Croix) 

Le feedback :
Le retour de l'information est le carburant du cold reader, sans lui, la méthode ne fonctionne plus.
Si ce retour devient difficile, des méthodes efficaces, comme le bluff, existent pour relancer la machine.
Le bluff se cache derrière des déclarations subtiles destinées à suggérer une réaction. Elles peuvent comprendre des remarques comme "je veux dire que ..." etc.
Le plus souvent, la personne ne se rend même pas compte qu'elle a répondu à ces "questions".
Le feedback visuel devient de moins en moins important au fur et à mesure que l’on devient un expert de la méthode.



La validation subjective :

On peut se servir d’un phénomène appelé la "validation subjective" ou mémoire sélective et ne pas hésiter à poser des questions.
En effet, un individu a tendance à se souvenir des évènements significatifs et a tendance à oublier ceux qui sont insignifiants ou non concluants.
La conséquence sera que chaque affirmation qui se révélera exacte sera facilement retenue et le grand nombre de celles qui sont tombées à côté sera oublié.

 

L'utilisation de la lecture froide doit s'effectuer avec une grande prudence, elle peut vite conduire à des interprétations hasardeuses. Elle ne doit être qu'une aide au dialogue face à un inconnu.

Pour une action réfléchie, on lui préférera une collecte et une analyse préalable d'information amenant une véritable démarche de profiling.

Affaire à suivre donc...

Publié dans Renseignement

Commenter cet article