Je suis un employé... je suis surveillé

Publié le par JTC

D’après une étude du cabinet Forester Consulting, 44% des grandes compagnies américaines engagent des personnes dont la mission est la surveillance des courriels professionnels sortant de l’entreprise.

Ce chiffre traduit une tendance de surveillance accrue des faits et gestes des employés.

Ce contrôle peut s’étendre aux mails reçus, aux sites consultés sur les ordinateurs fixes et portables, les Blackberry, les téléphones mobiles, les GPS…

Toutes ces informations sont facilement consultables par le service informatique de l’entreprise et cela sans mise en place d’un dispositif particulier.

  La raison invoquée par les entreprises est une prise de conscience des questions de sécurité de l’information.

L’objectif serait d’éviter la divulgation d’informations sensibles comme des secrets de fabrication, des décisions prisent lors de réunions, ce qui se raconte à la machine à café,…

 

Une autre raison moins avouable est la mise en place d’un monitoring sur les employés.

Cette dérive est due à une législation assez floue qui ne délimite pas nettement  le champ d’investigation des entreprises.

 

  Cette dérive devient encore plus problématique lorsque la frontière entre vie privée et vie professionnelle ne suit plus les codes traditionnels :

On peut, par exemple, consulter sa boîte mail personnelle durant une pause, ou bien encore, naviguer sur internet de façon ludique, le weekend, sur l’ordinateur portable de l’entreprise.

 

Soyez donc vigilant avec l’utilisation du matériel de votre entreprise et de la manière dont vous surfez au bureau, et ailleurs :

Il y a quelques semaines, 13 employés de Virgin Atlantic ont été licenciés à cause de remarques postées sur Facebook.


La surveillance des employés irait donc au-delà du périmétre physique et matériel de l'entreprise ?

 

Mais ceci n’est qu’une transition vers un prochain article qui traitera des dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux….

Publié dans Sécurité

Commenter cet article